Coup de boule

Je n’avais encore jamais tenté la réalisation d’une boule à partir d’un moule (et non pas le contraire), l'exercice me paraissant bien difficile ! 
Je commence "piano" et me contente d’une demie sphère. (quand j’en serai à atmo… sphère, on en reparlera ! )
Je prends un peu de terre et l’aplatis dans le creux de la mimine avant de la plaquer dans le moule. Bien lisser les jointures, et tourner la pièce petit à petit, pour la dégager et continuer la boule.
Lisser également l’extérieur et sécher un peu avant de travailler le tour. Tirer les bords pour donner l’effet "déchiré" qui peut être plus ou moins prononcé…  A laisser sécher sur une plaque de mousse pour ne pas aplatir le dessous, si on veut garder le fond bien rond.
Fond légèrement aplati...
Après première cuisson, j’ai passé un émail spécial raku au pinceau, 2 couches. Pour celle-ci, c’est à l’intérieur.
La cuisson raku se fait dans le four installé à l’extérieur. On attend  980° pour ouvrir.
Pour faire craqueler le type d’émail que j’ai utilisé, les pièces sont placées dans un grand bac contenant de la sciure.
Les parties laissées à nues deviennent noires, si elles sont bien enfouies dans la sciure… Pour cette coupelle, c’est pas terrible, mais je peux y remédier par des pigments colorés et de la cire. Voilà le travail, une fois refroidi.
Pour celle ci, le noir est profond et régulier...
Un bon coup de nettoyage s’impose.
Un peu plus sûre de moi, je me lance dans une autre boule qui deviendra boîte (enfin normalement...). Je recommence, mais cette fois, je ferme complètement la boule. (avant de la perdre ?)

Je tapote légèrement d’un côté pour lui donner de l’assise. Je commence les étages du corps, puis ouvre à l’emplacement du couvercle, après avoir séché un peu la terre, car trop molle, c’est difficile. Je modèle le corps de la boîte et prépare le couvercle.

Le séchage se fait tranquillement durant une quinzaine de jours. Je passe de l'émail à l'extérieur, sauf le dernier étage côté ouverture. Le reste sera noir, enfumé par la sciure qui brûle.
Là encore c’est raku… J’adore les craquelures, totalement aléatoires. Grand moment pour la cuisson. On entrevoit déjà le résultat, mais, comme toujours un bon nettoyage s’impose.
Je vous laisse découvrir le résultat final.
Voili, voilou :  la douche s'impose pour moi aussi, car je suis imprégnée de l'odeur de fumée.

9 commentaires:

  1. Françoise V.29/11/2014 18:19

    Coucou,
    Ça a l'air vraiment beau tout ça. Il me tarde de voir toutes tes réalisations. Bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis toujours très surprise de voir la magie opérée par des doigts experts et la cuisson. Quelle belle imagination débordante ! Bonne continuation dans cet art.

    RépondreSupprimer
  3. Très belle technique "raku" qui offre l'effet de surprise ! La boite à bonbon est chouette, mais la sphère peut prendre adresse avec moi, elle est superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello coucou,
      J'ai parfois des trous de mémoire et je ne me souviens pas, mais alors pas du tout de ton adresse... Dommage, hein !! ;-D

      Supprimer
    2. Je viendrai faire visite musée free shopping...

      Supprimer
  4. Ce type de réalisation est-elle utilisable pour de "l'alimentaire" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Oui, on peut y mettre de l'alimentaire, sauf si, comme je l'ai fait pour le noir d'une coupelle, on utilise de la cire ou de la peinture à certains endroits... Dans ce cas, il vaut mieux éviter.

      Supprimer
  5. Je suis fan!!!!
    La magie opère au final après la cuisson de l'émail ou du raku.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello bonjour,
      Bienvenue et merci pour ton com... On ne se connait pas, mais j'adooooore ton nom de scène ! A bientôt.

      Supprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger