De plus en plus, OU... de moins en moins ??

 De plus en plus attirée par une alimentation saine, 
De moins en moins envie de manger de la viande !

Que ce soit l’une ou l’autre raison, le résultat est le même. Je n'aime pas cataloguer les gens, mais je m'oriente vers le flexitarisme, mot peut-être un peu barbare à première vue, mais qui reflète bien mon évolution alimentaire.
J’ai acheté des "steaks" végétaux, mais d'après le Larousse, le steak est une tranche de viande de bœuf. Donc, je parlerai de galette ou palet, terme qui me semble plus approprié à la réalité ! 

Cette fois-ci, je me lance, en me disant que ce sera (peut-être ? sûrement ?) meilleur si c’est FAIT MAISONJ’ai compulsé de nombreuses recettes, j’ai le choix dans les légumineuses, pour leur apport en protéines. Mon premier essai, avec lentilles et flocons d’avoine est total végétarien. 
Voici les ingrédients, proportions en fin d’article.
J’émince l’oignon rouge, je râpe la carotte et je presse l’ail (tout ça du jardin, un bien grand plaisir !). Je fais revenir dans 2 CS d’huile d’olive pendant 10 mn, sans colorer.
Je passe les lentilles et le mélange oignon/carotte au robot en purée grossière. On voit encore bien des morceaux.
Dans un saladier, je mélange avec les flocons d’avoine,
ajoute les tomates séchées émincées finement et tous les assaisonnements. J’y suis allée petit à petit, en goûtant jusqu’à que ce soit à mon idée. Persil conservé au sel, ICI.
J’ai patouillé le mélange à la main et laissé reposer durant 30 mn environ. J’ai formé des palets de 100 g (ça fait déjà une belle galette) et j’ai laissé en attente jusqu’à la cuisson.
Pour celle-ci : chauffer de l’huile et déposer les palets, laisser cuire environ 8 à 9 mn, retourner délicatement et laisser à nouveau 5 à 6 mn. On peut aussi les cuire au four, mais je n'ai pas testé. J’ai servi avec une sauce tomate (du j..din), aux câpres et olives.
J’ai essayé l’émincé de poireau frit en garniture. Tronçons d’environ 7 cm…
Laver et éponger soigneusement, émincer finement.
Plonger dans l’huile de friture à environ 170° pendant 5, 6 minutes.
Ce que je N’aurais PAS dû faire :
les sortir et les repasser dans la friture. Ils sont quasi instantanément devenus marro…nasses, donc pas terrible visuellement ! Saler et disposer sur l’assiette en déco, goût et croquant sympa (kan même...).

Ah, j'oubliais... Il est bien évident que si j'ai fait cet article, c'est parce que c'est simple à réaliser et surtout, c'est BON !! 

J'espère que Chéri viendra confirmer dans les commentaires. J'ai d'ailleurs bien l'intention d'étoffer cette rubrique avec d'autres légumineuses.

Et pour finir dans le même esprit :
Une salade d’oranges et dattes, parfumée à la fleur d’oranger (½ CS pour 3 oranges), poudrée de cannelle. Au dernier moment, quelques amandes effilées et pistaches grossièrement concassées. J'ai ajouté quelques lamelles de noix verte confite, à retrouver par ICI.

Stage en B.T.P....

Depuis le temps que la déco béton a le vent en poupe, j’ai bien peur de m’y mettre un peu tard pour être à la mode. Evidemment, objectivement, cela ne me dérange absolument pas, c’est pas dans mes gênes d’être dans le top 3 de la fashion déco attitude !
Pour aller jusqu’au bout dans mes confidences, dans la série "pas vu, pas pris", j’avais déjà essayé, mais c’était une véritable catastrophe et je m’étais empressée de détruire toute trace de cette mésaventure minable.
Un jour, j’ai lu qu’on pouvait très bien réaliser de petits objets déco avec du ciment de chez Leroy Merlin. 
Celui-ci pour être exacte. (et champion pour le prix, moins de 5€ le sac de 5 kg)
Reste à savoir ce que je vais faire pour un premier nouvel essai.

J’ai récupéré un porte brosse à dents, en verre dépoli. Je le vois bien en photophore ou vase, mais comme le fond est arrondi, il ne tient pas debout. Je vais donc lui faire un socle.
Je prépare mon ciment comme indiqué sur le sac : peut-être le début de la réussite en suivant les indications.

Je coule la préparation dans le moule et glisse le verre. Je fais un petit montage en carton qui vient reposer sur le bord du moule, paske JE VEUX qu’on voit le verre. Un caillou pour le maintenir droit.
Il me reste du ciment… Vite, je le verse dans un paquet de café, on verra bien ce que j’en ferai.
Le lendemain, je démoule.
Le ciment est encore frais, je peux araser et faire un premier lissage avec la lame d’une paire de ciseaux.
J’accentue aussi certaines courbes, puis passe au papier ponce d’abord 120, puis 220 et termine avec du 400. Je ne sais toujours pas ce que je vais faire du bloc, mais je le trouve sympa.
Pour le photophore, je gratte le dessus et adoucis les arêtes au papier de verre.
Retour au bloc opératoire : en fait, je préfère le dessous au dessus, mais bon…
   * J’essaie d’entourer de la ficelle : bof, bof.
  * J’essaie quelques courbes voluptueuses au feutre indélébile : cela ne me plait pas, je gratte à nouveau et ponce.
   * Je tente une mini CoCcinELLe délicatement posée : c’est sympa, mais comme j’avais dit que les coccinelles à gogo, c’est fini en 2019,  je range.
   * J’essaie des lettres en bois à coller, mais je n’en ai pas beaucoup et ne sais pas quel mot écrire.
Je trouve une tortue, d’un précédent bidouillage… C’est PARFAIT. Je la maintiens avec de la patafix, comme ça, c’est pas définitif !
Je signe même d’un discret "MTZ 2019", paske mon astrologie pour l’année m'a prédit un bel avenir et la renommée (sauf que je ne me souviens plus si c’est familiale ou internationale).
J’ai passé une couche de cire sur mes créations, mais je ne suis pas sûre que cela apporte grand-chose !
Pressée d’être à demain pour d’autres essais… 
Ça tombe bien, "ON" y est.
J’ai préparé quelques moules :
   * Des gobelets en plastique : élastique et ficelle pour tenir la forme.
  * Une assiette dont je vais utiliser la partie creuse, fine couche d'huile pour aider au démoulage.
   * Des ampoules vides… etc, etc !
Je prépare une tranche de bois en la ponçant soigneusement partout. Je la place dans le moule rond.
Je prépare le ciment en plusieurs fois et remplis les moules au fur et à mesure. Je tapote doucement pour faire remonter les bulles d’air.
Pour l’assiette, j’attends environ 30 mn, puis place un morceau de dentelle de crochet pour faire (bonne) impression. Je presse doucement sur le ciment. J’enlève la dentelle après environ 15 mn.

Rendez vous demain pour la sUitE.
Comme par magie, nous voilà demain, même si concrètement, nous sommes aujourd’hui…
Démoulages : tout se passe PRESQUE nickel, sauf l’un des gobelets plastique où tout part en cacahuètes s’effrite et l'incrustation de bois qui se fend. Je ne sais pas pourquoi, je ne maîtrise pas vraiment la matière. Pour l'ampoule, j'ai cassé tout le verre au marteau.
Comme la première fois, j’arase un peu à la lame de couteau, puis ponce pour un beau velouté.
Un peu de peinture acrylique sur certaines pièces et c’est terminé.

Déçue du plateau bois/ciment, je recommence, mais cassure au démoulage.
J'ai fait un dernier plot avec une cordelette. Finition : un scotch de masquage, peinture acrylique et vernis incolore.
Place aux petites mises en scène...

Voili, voilou : j'ai encore de quoi faire quelques essais, on verra plus tard.

Brève de comptoir :
"Le grand avantage du béton, c’est qu’on a pas à le tondre tous les trois jours. La pelouse, c’est bien joli, mais c’est bruyant !"
Jean Marie Gourio (1988)
C’est quoi du ciment ? C’est quoi du béton ? J’ai trouvé ICI, maintenant je sais.

Se prendre un savon...

... Rétrospective du premier trimestre 

de POTERIE ...


Une commande spéciale ("y'en" a certains qui n'ont pas peur... c'est l'un de mes fils... quelle belle confiance !)
Le porte savon utile ET décoratif
Une plaque, découpée en forme de feuille. La tige descend dans le bac du lavabo.
Les veinures permettent au savon de ne pas trempouiller dans son jus. En émaillage, une valeur sûre : "l'auré" qui se passe au pinceau.
HOP, voici le résultat.

Un drôle de bonhomme…
Le corps est une boule, comme vous pouvez constater.
Môsieur est ventru et très fessu, ce sera mon bonhomme callipyge.
Encore de l'auré pour le brillant. Le reste à l'acrylique, puis j'ai décoré sa veste au feutre indélébile argent.
Monsieur ne sert strictement à rien, il trône sur la vitrine récemment relookée. (ICI)

Avec un moule de 20 cm, une 1/2 sphère purement décorative. Le bord est orné d'une bande scarifiée au couteau... Passage au four raku, tout comme j'aime. Enfumage noir et régulier, tout comme j'aime aussi. Je n'ai qu'une photo, je l'ai offert à une amie.

Une poule mouillée, euh non, rouillée :
Je ne peux pas m'empêcher, de temps en temps, de compléter ma collec. avec un nouveau spécimen. Cette fois-ci c'est à partir d'une plaque,
mise en forme et dont la première cuisson biscuit est faite.
Je sors les peintures acryliques pour la poupougner à mon idée, dans un style effet rouillé pimpant chic, comme le "HOME" que vous pouvez retrouver chez ma sœur ICI. Cire mate pour terminer.
 Elle a (déjà) trouvé sa place sous la véranda.
Duo pour la cuisine : un saladier et un mini plateau. Après la première cuisson biscuit, dessins au pinceau avec de l'émail noir.
Quelques touches de couleur.
Ensuite, cabine de peinture pour pschitter de l'émail transparent, la couverte, et deuxième cuisson.
Prêts à être utilisés. Toujours pareil, éviter le lave vaisselle.

Dans les mis en attente par manque d'inspiration (genre syndrome de la page blanche de l'écrivain), la pièce pour l'expo sur la mer, en mai. Pour maintenir le suspens jusqu'au paroxysme, que j'imagine difficile à vivre pour vous, en voici juste un petit morceau.

Voili, voilou : bientôt, mes premiers essais avec une terre chocolat... On en mangerait ! A suivre...
blogger