J'aime la nature et les FLEU-FLEURS des champs...

đŸŒŒđŸŒșđŸŒ·đŸŒž
Dans ma jeunesse, j'ai eu le plaisir d'aller Ă  plusieurs concerts du groupe francomtois "Machin". L'une de leurs chansons phares, m'a plus qu'inspirĂ© le titre de cet article. (Ă©coutez ICI, ça vaut le dĂ©tour !)
đŸŒșđŸŒ·đŸŒžđŸŒč

Il y a…  Oh lala oui, quelques annĂ©es dĂ©jĂ , 

j’avais customisĂ© plusieurs lampes en fleurs… (ici, et lĂ )        ET

Il y a… Oh lala oui,quelques temps dĂ©jĂ , 

j'ai re-transformĂ© la lampe de table pour ma copine Bri (ici) et offert le lampadaire Ă  l’une des filles de  ma copine Clo.

đŸŒ»đŸŒŒđŸŒșđŸŒ·đŸŒžđŸŒč
L’histoire aurait pu s’arrĂȘter lĂ ,
mais que NENNI !
đŸŒŒđŸŒșđŸŒ·
Clo a deux filles et la deuxiĂšme (qui est en rĂ©alitĂ© l’aĂźnĂ©e) trouvait ce lampadaire bien sympathique. 
đŸŒ»đŸŒŒđŸŒș
Du coup me voilĂ  lancĂ©e pour en customiser un nouveau DERNIER, Clo m'a fourni un pied de nez. Deux fleurs Ă  faire puisque deux ampoules.
đŸŒ·đŸŒžđŸŒč
J’ai eu bien du mal Ă  m’y mettre, mais cette fois, je suis (hyper, super, extra) MO-TI-VEE !
đŸŒ»đŸŒŒđŸŒșđŸŒ·đŸŒžđŸŒč

Plusieurs genres de pĂ©tales :
     * En tissu, sur du polyphane autocollant,
     * Avec une armature en fil de fer et du tissu collĂ© Ă  la colle Ă  bois, recto verso (les plus longs Ă  faire),
     * RĂ©cup. sur une grosse fleur que j’avais depuis longtemps et que je n’avais pas Ăąme Ă  gerber sans façon. C’est un peu une seconde vie et cela me convient bien.
Je dispose les pétales polyphane avec du scotch double face.
Ensuite, les pétales à structure fil de fer.
Ce n’est qu’aprĂšs que j’ai eu la merVEILLEUSE et SENSAtionnelle idĂ©e de la fleur rĂ©cup. J' intercale entre les 2 rangĂ©es et colle au pistolet.
Pour maintenir l’ensemble, un fil traphilo de tee shirt, en glissant quelques tiges de fausse herbe ("bouquet" smicka ikĂ©a).
Un petit plus, avec la collerette de la fleur récup : je passe un vernis à ongles d'un vert que j'affectionne particuliÚrement, et colle au pistolet quelques languettes de polyphane.
La premiÚre est terminée.
Idem pour la deuxiĂšme : mĂȘmes tissus, mais pas aux mĂȘmes endroits. La voici en cours :
Avant de recouvrir la tige, je fais quelques nƓuds en traphilo pour donner un peu de volume.
Je rajoute de grands brins de vraies fausses tiges d’herbes disposĂ©s par touffes, Ă  diffĂ©rentes hauteurs.
Je replace les ampoules, mais il faudra les harmoniser ( c'est mon avis personnel... que je partage, fort inévitablement !).
Voili, voilou : je vais pouvoir dire à sa future propriétaire de venir la chercher.
đŸŒ»đŸŒŒđŸŒșđŸŒ·đŸŒžđŸŒč

Papillonnages gourmands...

... ExPLOsioN d’effluves et de couleurs dans la cuisine,
petites trouvailles et nouveautés à PARTAGER ...

Dans le jardin  (plus frais, on peut PAS)
Petits pois : Je ne reviens pas sur le veloutĂ© aux cosses dont je vous ai parlĂ© l’annĂ©e derniĂšre, Ă  peu prĂšs Ă  la mĂȘme Ă©poque.
C’est encore plus simplement que je cueille les pousses et petites feuilles toutes tendres du haut des tiges.
C’est frais, dĂ©licieusement parfumĂ© et joliment dĂ©coratif ! On peut les manger, bien Ă©videmment.🍮
Au jardin, toujours et encore, j’ai cueilli, lavĂ© et fait sĂ©cher des FEUILLES de menthe, mĂ©lisse, cassis et fraisiers.

Tout est en bocaux.
☕Avec une cuillerĂ©e de miel de ma copine de Belfort, un must pour les infusions de cet automne.

Les cĂąpres de pissenlits : 
Partir Ă  la cueillette des boutons de fleurs de pissenlits. Ceux-ci sont dĂ©jĂ  un peu gros, mais je venais juste de dĂ©couvrir la recette !
Laver, couper la tige Ă  ras, enlever la collerette. Un peu long Ă  faire, OK !
Bien tasser dans des petits bocaux et verser ½ CC de sucre. Si on veut (je voulais), laurier, ail, thym, romarin.
Recouvrir d’eau (1/4) et de vinaigre de cidre (3/4) tiĂ©dis. Fermer et retourner jusqu’Ă  complet refroidissement. Attendre au moins 8 jours avant de consommer, mais ensuite, vous pouvez les garder plusieurs mois sans souci.

La saucisse sĂ©chĂ©e maison : 
AprĂšs le lomo et le magret de canard sĂ©chĂ© maison, je fais maintenant un filet de porc sĂ©chĂ© de la mĂȘme façon.
đŸœ Marinade dans le sucre (1/5) et le sel (4/5) : 24 H. Sinon, tout pareil. Laisser en attente dans un linge durant environ 3 semaines, au frais (pour moi, n’ayant pas de cave, c’est au frigo.) Voici le dernier aprĂšs 19 jours, moelleux et fondant, dĂ©licieux.
Pour continuer sur cette mĂȘme lancĂ©e, j’ai ENCORE suivi le mĂȘme principe avec de la saucisse de Toulouse. 9 H dans le sel et le sucre.
De 10 Ă  15 jours avec des herbes, selon que aimiez plus ou moins moelleux. Ici, j’ai ajoutĂ© du thĂ© noir fumĂ© lapsang souchong comme le saumon fumĂ© maison mais, honnĂȘtement, cela n’a pas vraiment donnĂ© un parfum de fumĂ©.
Pour terminer enlever les Ă©pices et passer dans la farine, avant de trancher.
Encore une grignoterie facile Ă  prĂ©parer, faut juste s'y prendre un peu Ă  l'avance ! 

🐟Une petite "mise en scùne" avec des boütes de sardines :
Du pain de mie découpé aux ciseaux et légÚrement toasté...
Des inventions de tartinades de poissons, Ă©crasĂ©es Ă  la fourchette.
     đŸ * saumon, Saint Moret, crĂšme fraĂźche, aneth, citron
     đŸĄ* sardines sans arĂȘtes ni peau, beurre, citron

Avec de la fourme d’Ambert : Une tranche de pain d’Ă©pices lĂ©gĂšrement toastĂ©e, une lamelle pas trop fine de fourme : pas mal.
Encore BIEN PLUS mieux-meilleur : pain d’Ă©pices toastĂ©, fourme et filet de porc sĂ©chĂ©, un peu de noix et une goutte de crĂšme de vinaigre balsamique.
MIAM, MIAM !
Pour terminer : des sauces bien sympathiques qui viendront agrĂ©menter salades composĂ©es, grillades et poissons. Comme elles sont "maison", point de risque de retrouver tout un tas d’additifs dĂ©gueu.
     * La premiĂšre est espagnole. En tout cas, nous l’avons dĂ©couverte Ă  Tenerife, lors d’un petit sĂ©jour. Servie en guise d’apĂ©ritif avec du pain Ă  disposition pour faire trempette, mais aussi avec de la viande, du poisson, des pĂątes, des lĂ©gumes, donc large palette de dĂ©gustation.
Sauce rouge au poivron au caractĂšre relevĂ© mais non piquante, car j’ai utilisĂ© des piments doux (2 petits).
Laver, Ă©pĂ©piner le poivron et couper les lĂ©gumes, passer au robot avec le reste des ingrĂ©dients. (environ 15 cl d'huile d'olive, un peu au pif, pour ĂȘtre exacte)
Comme je ne trouvais pas la mouture assez fine, j’ai transvasĂ© et passĂ© au mixer. Mieux, point de vue texture. Ensuite, comme il y avait du jus, je l’ai laissĂ©e Ă©goutter Ă  travers un filtre Ă  cafĂ©.
La prochaine fois, je mixerai les lĂ©gumes et les laisserai Ă©goutter dans une passoire, avant d’y joindre huile et assaisonnements.
     * La petite derniĂšre, simple et rafraĂźchissante avec menthe et mĂ©lisse du jardin :
Pour environ 100 g crĂšme fraĂźche (et/ou du fromage blanc et/ou un yaourt Ă  la grecque) : zeste de citron rĂąpĂ© ou 2 gouttes d' HE de citron, du sel, une douzaine de feuilles de menthe et idem de mĂ©lisse, lavĂ©es, sĂ©chĂ©es et Ă©mincĂ©es. Une poupougnette de poivre et le tour est jouĂ©.  
Avec des cruditĂ©s, mais aussi de la viande, du poisson, des lĂ©gumes crus ou cuits. Bref, tout aussi passe-partout que la prĂ©cĂ©dente !

Et parce qu’une jolie table, passe aussi par une jolie dĂ©co : j’ai trouvĂ© une vidĂ©o qui permet de rĂ©aliser des fleurs trĂšs rapidement.
OK, OK, c’est avec des serviettes en papier, pas trĂšs Ă©colo… (8 ou 9 par fleur). J'ai recoupĂ© pour avoir 3 formats diffĂ©rents, car je les trouve un peu grandes.
Disposer 3 serviettes Ă  cheval sur le bord du verre. 
Je commence par
les 3 plus petites.
Disposer 3 autres serviettes (taille moyenne pour moi) en dĂ©calant toujours d’un tiers.
Un dernier tour, avec 2 ou 3 nouvelles serviettes. (les plus grandes). Retourner et "dĂ©mouler" en retournant le verre : Sympa, non ??
J'ai arrondi les bords du dernier tour, juste pour mettre mon grain de sel !!
Voili, voilou : sortie de cuisine pour aujourd'hui, je rends mon tablier ! 

Sauve-toi moustique !


Hier, c’Ă©tait la sortie annuelle de vannerie. Parcours bien rĂŽdĂ© :  RDV sur le parking, covoiture vite organisĂ© et dĂ©part pour La Forie (63) pour l’achat du rotin. J’en ai profitĂ© pour refaire mon stock.
DĂ©jeuner Ă  Ambert. L’aprĂšs-midi, aRRĂȘtS Z'oBliGĂ©S pour les achats de fourme, Saint Nectaire et autres fromages locaux, puis chez un boucher rĂ©putĂ© du coin avant le retour au bercail.
Tout cela pour dire que nous avons eu le temps temps de papoter, bavasser, raconter, partager, surtout que nous Ă©tions 5 femmes dans la voiture. (Pas besoin de radio...)
InĂ©vitablement, nous avons parlĂ© de vannerie. J’aimerais bien travailler aussi l’osier ou du saule… En rĂ©flĂ©chissant, j’ai pensĂ© au forsythia que nous avons au jardin.
Ce matin, j’ai coupĂ© une dizaine de branches pour faire quelques essais. Je l’ai taillĂ©, il n’y a pas longtemps, donc plus de longues tiges.
Je les ai effeuillĂ©es… puis Ă©pluchĂ©es facilement.
En attendant de trouver une idĂ©e rapide, je laisse tremper dans l’eau.
J’ai voulu recourber une tige pour former une base de petit plateau. Ça casse. Je recommence en Ă©tant moins difficile pour la forme, ce sera un poisson. Je lie la base, mais ça casse aussi !
Je me rabats sur un disque en rotin. Deux montants et tissage perpendiculairement. Je n’ai pas beaucoup de matiĂšre, je m’arrĂȘte vite. Et c'est vraiment un premier essai.
Quelques tours de ficelle fine ou de moulinĂ© Ă  broder. Les nƓuds sont maintenus par un point de vernis Ă  ongles incolore.
Un cƓur en plĂątre poreux que je maintiens avec de la ficelle Ă  rĂŽti. Quelques gouttes d’HE de citronnelle pour chasser les moustiques, que je prĂ©fĂšre Ă  l’extĂ©rieur plutĂŽt que dans la maison. (vous aussi, je suppose ! )
Une cordelette pour le suspendre.
Il me reste quelques tiges pour une autre fois, car, bien sĂ»r, ce n’est que le dĂ©but de mes expĂ©riences, d’autant que je fais une pause pour le cours de vannerie l’annĂ©e prochaine.
Voili, voilou : sous la vĂ©randa en rĂ©pulsif Ă  moustiques, mais plus tard, je changerai les HE pour l’accrocher ailleurs.
blogger