Bien épaulée pour l’hiver !

Grosse laine, ton pour le moins flamboyant. J’allais débarrasser direction ressourcerie, lorsque ma belle-fille Leilanie s’est écriée : "Quelle belle magnifique jolie couleur, j’adore. (Il m’a même semblé entendre un léger trémolo de voix) Et, en plus, tu ne m’as jamais rien tricoté… !" (Quelle vilaine belle mère)
Le message n’a pas mis trop longtemps à parvenir au cerveau et me voici donc à nouveau les aiguilles à la main. (Belle-mère sympa, non ?)

Échantillon pour un carré de 10 cm de côté, aiguilles 6 : 12 mailles et 22 rangs. Le jersey ne me plait pas trop, je ferai du point mousse. 
Je teste en association avec une autre laine doublée, car je crains de manquer de matière. Et comme c’est une laine qui a au moins 20 ans (de placard, j’ai retrouvé le prix indiqué en francs, c’est tout dire), inutile de chercher à retrouver la même. (Belle-mère prévoyante, trouve-je !)
Pour le modèle, je farfouille longuement et trouve quelques idées. Je propose à Leilanie, et elle retient "L'ESPRIT" poncho déstructuré. Je ferai ma petite sauce pour faire le col comme elle aimerait. (Belle-mère adorable, non ?)
170 mailles sur une aiguille, elles sont serrées les pauvrettes. Je dois tricoter un rectangle de 140 x 40 cm. Je vérifie le nombre de rangs tricoté avec une pelote : à priori 18 rangs, soit 8 cm de hauteur. Je devrais avoir assez, je respire. (Belle-mère en bonne santé, donc !)
Pour cependant VRAIMENT assurer le coup, je tricote une large bande approximativement à mi-hauteur. Je sais maintenant que j’aurai assez et j’imagine pouvoir compléter le cache épaule avec un autre petit accessoire.
A 40 cm de hauteur, pour former le col cheminée, je rabats 53 mailles de chaque côté et garde les 64 mailles centrales. 
Je continue en point mousse et pour rappeler le bas, j’alterne avec le saumon fumé.
Je peux enfin mieux me rendre compte de ce que cela va donner ! Reste à fermer les coutures. Dernière petite touche : après avoir cousu l’épaule et côté, un point de croix magnifique en laine saumon. (Belle-mère créative, non ?)
Dehors, il fait 37° et même à l’intérieur où l’on peut avoir la sensation qu’il fait frais, c’est tout de même presque 28. 
Voici la photo avec Leilanie, ce qui est logique, puisque c’est pour elle, et qu'elle est beaucoup bien plusss belle que moi. (Belle mère réaliste !)
Voili, voilou : Pour la suite, je vais lui demander son avis, je vous tiendrai au courant comme d’habitude !
    

Mamzelle Gisèle…

Toujours via le même site "CréativMamy", une vidéo qui m’a tapée dans l’œil, dans le même genre que Souricette
Cette fois, une mignonne petite poupée à tête de bois. Pas trop de mesures, donc je vous dis au fur et à mesure.
Un disque découpé dans du jean… Celui-ci est récup, bien sûr, mais un peu épais. Après, c’est le prototype, j’affinerai plus tard.
Je passe un fil de fronce tout le tour et resserre au maximum.
Ensuite du tulle… que je n’ai pas. J’ai par contre un rideau récup (what else ?) Je coupe une bande d’environ 50 cm (j’ai mesuré grosso modo la circonférence de la base jean, 26 cm et multiplié par 2). Pour la largeur 9 cm, légèrement supérieure au diamètre du disque en jean . 
Plier le tulle en deux et, côté pli, passer un fil de fronce. Resserrer et nouer solidement.
Bras et jambes :
J’ai choisi perles et ficelle. Toujours pareil, je RE-regarde la vidéo pour me donner une idée de la longueur. Environ 14 cm pour les bras et 16 pour les jambes. Collage des bras sur le tulle, lui même collé sur le jean, au pistolet.
Idem pour les jambes. En fait, cela ne me plait pas. J’utilise le scalpel pour gratouiller la colle. Je préfère faire un point couture, plus solide.
Col : un morceau de dentelle, lui aussi froncé.
Cheveux : prévoir la longueur pour faire le tour de la boule et quelques cm pour la houpette. 
Passer un lien pour maintenir la laine et coller en cachant le trou. Disposer les cheveux et maintenir avec un point de colle. Relever et nouer avec un brin de laine. Couper, ébouriffer…
Pour ce premier essai, je n'ai pas bien caché le trou de la perle. (La pauvre, déjà qu'elle est blonde, alors, si en plus, elle a un trou dans la tête... OK, humour à deux balles, j'arrête !). Mini fleurs découpées sur un galon, collées sur les cheveux.
Visage : marqueur pour les yeux, une touche de peinture ou fard rose pour les joues et quelques points blancs pour lui donner vie. 

*Mamzelle Gisèle peut faire la belle !* 

*** *** ***

MAINTENANT, j’en viens au but précis de cet article.
Je pense proposer ce genre de petite poupée, ainsi que la souris au PROFIT de l’association DOMINOS.
C’est un petit cadeau sympa, un grigri amusant, en déco pourquoi pas… Bref, plein d’occasions d’en offrir ! 
💚 Si vous êtes intéressée par cette idée, contactez-moi.
💚Vous pourrez choisir votre gamme de couleur et pour la mini poupée ci-dessus, la couleur de ses cheveux. Le reste sera surprise.
💚Que ce soit Souricette ou Mamzelle Gisèle, c’est 5 € pour l’association Dominos.
💚 Frais de port en plus si envoi.
Voili, voilou : je prends les commandes de suite. Je me limiterai tout de même à une trentaine d'exemplaires, alors, ne tardez pas trop ! 

Complètement toquée !

AMBRE, ma petite fille de quatre ans et des brouettes, aide souvent sa maman à la cuisine. Elle manie l'éplucheur et le moulin à légumes comme une pro. Elle m'a demandé, et c’est bien sûr avec grand plaisir que je lui couds une tenue de CHEFFE pour cuisinière en herbe.

*** *** LA TOQUE *** ***

J’ai suivi le tuto, ici
Dans une ancienne nappe récup, j’ai plié un grand carré de 50 cm de côté en huit et marqué au stylo à 23 cm du milieu, puis coupe.
Un disque presque parfait 
de 46 cm de diamètre.

Pour le tour de tête, une bande de 58 x 20 dans un deuxième tissu, acheté (si,si, cela m’arrive !), cousue en tube. 8 repères pour aider à placer le disque. J’ai passé un fil de fronce tout le tour du disque, 8 repères pour placer les fronces harmonieusement.
Endroit contre endroit, j’épingle le tour et le haut de la toque. Les repères aident (forcément, sinon à quoi cela aurait-il servi ?)
Je retourne, mais trouve la bande beaucoup trop haute. Je replie, presque en trois, ce qui donne également un peu plus de tenue. Elle mesure 6,5 cm de haut. 
Élastique au dos, pour s’adapter au tour de tête. L’occasion de coudre l’élastique à la machine, ce que je n’ai pas encore avec la nouvelle. 
Une joli fleur récup. orne le devant.

*** *** LES TABLIERS *** ***

Association des deux tissus.
Poche et bretelles à pois sur le tissu à carreaux, poche et bretelles à carreaux sur le tissu à pois...
Les bretelles se croisent dans le dos. Une grande première pour faire les boutonnières avec ma nouvelle machine. Je sors le manuel. Et je suis TOUTE ébahie, car elle se fait entièrement toute seule.(waouh)
Je m’aperçois, mais un peu tard, qu’il y a une petite tache sur le devant du tablier à carreaux… (OK, c’est de la récup, mais bon, c’est pas une raison !) Comme j’ai une ribambelle de fleurs comme la toque, j’en couds une pour cacher la misère.
Reste à coudre les boutons à la main, même si je sais que la machine peut faire : des cœurs pour l'un, des boutons rayés pour l'autre.
Le deuxième est fait en parallèle. 
Voili, voilou : parée pour préparer de bons petits plats ! A quelle heure faut venir ??

Je ne me sens vraiment pas très bien, je ne suis pas dans mon AssiEtTe !

J’aime… Non, J’ADORE les assiettes. J’ai des modèles de toutes formes, tailles, mais assez peu en couleur, car je trouve qu’une assiette trop bigarrée peut nuire à ce qu’il y a dedans. J’ai trouvé chez mes parents des assiettes en porcelaine au charmant décor désuet à souhait.
Bord festonné, décor floral dans les tons pastels que j’affectionne, je n’ai pas hésité longtemps ! 
Et puis (SURTOUT), elles sont chargées de souvenirs. C’était le service des grandes occasions, retrouvailles et fêtes familiales. Elles ont largement plus de valeur sentimentale que marchande.
Cependant, je ne vais pas les garder telles quelles. J’ai envie de leur rendre hommage (rendre hommage à des assiettes, on aura tout vu !) et leur donner un coup de jeune, en les CUstOMisaNt à ma façon. 
J’ai toujours les feutres de Clo, si gentiment prêtés pour le salabol, mais j’ai acheté d’autres couleurs : un vert plusss pistache, du parme et un rose tirant sur le framboise. (Jamais contente la dame)
J’ai dû commander, car je n’ai pas trouvé mon bonheur en magasin par ici :  j’ai attendu une longue semaine, je n'en voyais pas le bout.
Cela m’a donné du temps pour réfléchir à ce que je voulais dessiner. C’est promis, juré, craché par terre, pas de cœur en tout cas ! Essais au feutre d’ardoise effaçable (et c’est drôlement tant mieux) pour ces premières esquisses… 


Les feutres sont arrivés. Le vert me convient parfaitement, j’avais un peu peur d’être déçue en choisissant une teinte sur écran. Le rose framboise est bien aussi. Par contre, grosse déception pour le lavande (choisi pailleté en plus), car très... trop pâle !
*** *** ***
Pour les assiettes plates, ce sera des volutes. Elles se ressemblent mais sont toutes différentes : trois volutes sur le fond, une série de 5 et une série de 3 points. Sur le tour, à chaque fois, 3 serpentins.  
En rose, les points qui marquent le feston et tout de même, parce que je trouve que ça manquait (comme si j’avais besoin de me justifier), un petit cœur tout mignon.
J’ai signé chaque pièce.
Je profite de la cuisson d’une pizza, pour enfourner mes assiettes à 160° pendant 30 mn. A laisser complètement refroidir avant de sortir du four. Ce serait ballot qu’elles aient un choc thermique et se cassent.
*** *** ***
Assiettes à dessert, j’ai choisi un décor totalement différent. Après X essais, ce sera ce visage stylisé, mais je voudrais bien qu’il soit identique sur toutes les assiettes. Il faut que je ruse, car je suis bien incapable de faire à main levée.
Dans un premier temps, je décalque.
Et puis, soudain, une lumière, un éclair de génie, une idée parfaitement grandiose et géniale. Je garde le visage pour le plat rond. 
Je retourne plus sereine aux assiettes à dessert : quelques fleurs des champs que je trouve d’ailleurs plus dans le style des assiettes plates.
Je reprends également le feston du bord avec des points verts. Et comme, c’est la même série d’assiettes, le cœur rose tendre.(bientôt sur celle-ci !)
*** *** ***
Je tente plusieurs fois le visage sur le plat, mais il est soit de travers, soit les lignes sont tremblotantes, et je n'arrive pas à choisir la couleur.

J’efface une fois, deux fois et puis décide (il y a un proverbe qui m’arrange bien sur ce coup-là : "il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis") de rester dans le style des assiettes avec volutes et serpentins.
Mon nouveau service est prêt à en prendre...

*** *** ***
On va pouvoir passer à table.
                     *** *** *** 
Voili, voilou : j’ai même trouvé facilement une place pour les ranger.
 


blogger