Se tenir à carreaux !


Tout a commencé il y a quelques jours. Cherchant une fermeture pour une réparation de vêtement, je me suis rendue compte que, évidemment, je n’avais pas celle qu’il me fallait… Mais, la boîte de Pandore zips étant sortie, c’est l’occasion d’en liquider quelques-uns.

POCHETTE BERLINGOT

J’ai trouvé un tuto spécial blonde bien détaillé (ici). Du coup, je l’ai suivi très précisément, multipliant les allers-retours entre ordi et machine à coudre. (petite session gymnique incorporée, j'aurais dû mettre le podomètre en route).
Carrés de tissus de 16 cm de côté, seule entorse au tuto.
Pose de la fermeture éclair. (Je m'apercevrai, mais un peu tard, que l'extrémité du zip est trop près du bord.)
Ensuite le ruban avec le mousqueton à 4 cm de l’ouverture du zip.
Couture du haut et des côtés. Ouvrir la fermeture à moitié. Côté doublure, laisser ouvert d’environ 4 cm pour retourner à la fin.
Épingler ensuite le bas resté ouvert, pour former le triangle. Piquer, égaliser le bord, couper les angles.
Retourner entièrement la pochette, bien sortir les angles, fermer l’ouverture qui a servi à retourner. Je remplace la tirette de la fermeture par un petit gland coloré.
Sur ma lancée, de suite un deuxième exemplaire, même pas un regard sur l’ordi. (Fière... 💪)
          INTERLUDE 
Un petit boudin avec un élastique et un velcro collé au pistolet pour avoir toujours les épingles à portée de main. C’est une petite astuce très  pratique.
J’aurais dû le faire bien avant.

ETUI à MOUCHOIRS

Je fais un prototype un peu à l’arrache avec une bande de vichy… Comme c’est pas mal, je recommence avec (encore) du vichy, mais à petits carreaux.
Un ourlet sur les largeurs. Je positionne les mouchoirs pour dessiner la pochette et son rabat.
Je couds et surfile.
Pour donner de l’épaisseur une mini couture de 3 cm sur le fond, je coupe le surplus.
Je retourne et une dernière petite couture tout autour du rabat. Une bride et un bouton pour fermer la pochette.
Pour protéger MON joli mouchoir 💖, offert par ma petite sœur et quelques autres en papier (même si bien évidemment, je suis contre) qui peuvent dépanner.
J’octroie le premier étui un peu de guingois pour mon sac de petites courses, jusqu’alors en bouchon au fond de mon sac à main. Une pastille de velcro collée au pistolet.
L’affaire est dans le sac, c’est le cas de le dire !
          INTERLUDE
Nouvel essai de biais, avec l’utilisation d’un cutter.
Je glisse ma bande de tissu (mesurer la largeur de la lame et prévoir les rabats du biais). Pourquoi pas, mais comme j’ai mes petits ustensiles exprès faits pour…  D’autant que là, ce n’est pas du vrai biais, puisque j’ai utilisé de la bande droit fil.
Les deux autres longueurs viennent rejoindre mon stock. J’ai passé beaucoup moins de temps que la première fois. J’ai encore tout un tas de petits coupons de cotonnade, parfaits pour préparer du biais.
MANIQUES relookées
Celles que j’ai depuis des décennies années sont, même propres, tout à fait moches.
Je fais un patron "pomme", coupe les anciennes, recouvre et borde d’un biais.
Oh, comme elles sont belles…
POCHETTE ronde
La mini pochette (presque) ronde, doublée. Encore quelques carrés de vichy.
Même procédé que le berlingot pour poser la fermeture. J’ai rabattu le biais à la main sur le dessus, pas très appliquée sur ce coup là...
Un bouton peint au vernis à ongles.
Tout à fait indispensable pour ranger mes barrettes à cheveux.
INTERLUDE
Toujours et encore avec des carrés vichy.
Utilisés en double épaisseur, coupés intentionnellement en presque disques et surfilés assez serré.
Empilés, avec un petit pli cousu sur deux d’entre eux.
Un bouton pour tout maintenir. Probablement pas la créa du siècle, mais je garde quand même.

TROUSSE

J’avais vu sur le blog de ma copine Dom une trousse dont je trouvais la forme sympathique. Trèèès gentiment elle m’a donné le lien pour le tuto et comme j’ai encore une belle longueur de zip blanc, j’y vais.
Je dessine le patron. Extérieur très chouettes. Molleton rabiboché par un zig zag car juste une petit chute.
Je positionne la fermeture et installe la doublure.
Je couds en une seule fois.
Biais à l’intérieur pour fermer la trousse.
Et voilà, prête à partir pour ranger crayons de couleur ou feutres.
Large ouverture pour bien voir ce qu'il y a dedans, génial ! 
dernier... INTERLUDE
J’ai récupéré un fermoir de petit porte-monnaie publicitaire. J’ai écarté les bords pour sortir le vieux tissu.
Dans mes stocks (une vraie caverne d’Ali Baba…), un morceau de set en plastique pour l’extérieur et deux épaisseurs tissu pour l’intérieur.
Une fois placés, j’ai resserré avec une pince.
De quoi avoir un petit nécessaire dépann’couture pour les voyages.

SAC

Dernier ouvrage de cet article, avec toujours des carrés de vichy. J’ai cherché des idées avec des carrés au crochet. J’ai trouvé un petit schéma avec 17 carrés, je me lance.

Je prépare déjà les bandes, puis les assemble.
Une chute pour le doubler. Biais maison.
Anses avec le pseudo biais en bande droit fil de vichy, parfait pour cet usage, en double épaisseur. Quelques boutons.
Pour lui donner un peu d’assise, j’ai fait une couture à quelques millimètres sur le pourtour du bas.
Certes… un énième petit sac inutile que j’ai pris cependant bien plaisir à coudre. Et qui peut être décliné dans différentes tailles, selon le nombre de carrés utilisé.
Et DER de DER... la pochette cube, doublée en inversant les couleurs, une dizaine de carrés, biais à pois.
Voili, voilou : j'ose à peine vous montrer ce qu'il reste... Va falloir que je cherche encore et encore...
blogger