Léger comme une plume...


J'ouvre souvent les dicos virtuels pour trouver des citations, des expressions ou des compléments d'info pour mes articles.
Sans vous dire le nom de ce que je cherchais, voici la définition du Larousse que j’ai trouvée :
"Phanère corné épidermique complexe, dont l'ensemble recouvre le tégument des oiseaux... "

Eh bé, je trouve que ce n’est pas piqué des hannetons et que pour comprendre, faut déjà bien maîtriser la langue française. 
Perso, "phanère", c’était déjà pas gagné, j'ai dû me creuser les méninges. Quant à "tégument", je vous laisse deviner !
Heureusement, si je vous dis  "plume", j’imagine que cela vous parlera plus. (Non ? Bon, là, désolée, je ne peux plus rien faire pour vous.)

Avec les petites longueurs de ficelles et cordelettes, de JOLIES PLUMES ...technique bien ficelée…
Je coupe une longueur de 22 cm et le reste en 15 cm, jusqu’à épuisement (de la ficelle, pas de M💜I).
La grande longueur est pliée en deux et sert d'armature pour la suite.
Je pose le premier petit morceau plié en dessous.
Le deuxième permet de former un nœud macramé.
Reste à serrer.



Continuer à nouer les brins deux par deux.
En bas, un simple nœud.
Première petite coupe pour donner la forme générale.
A l’aide d’une aiguille, j’ébouriffe chaque brin de ficelle.
C’est parfait.
     Petit coup de peigne 
      Retouche de coupe
Je lui trouve vite une petite place qui lui convient à RaVIr !
Forte de ce premier essai, je retourne farfouiller dans mes ficelles, pour recommencer illico, presto.
Je ne vous RE-détaille par comment, j’ai fait… Voici simplement le résultat !
J’ai passé pas mal de temps à effilocher celle en cordelette, reste des corbeilles cousues à la machine dernièrement (ICI)
 De suite, "THE"parfaite place idéale :
Je m’aperçois que j'aime, je kiffe, j’adooore ! C’est le moment de ressortir la corde, initialement destinée à des corbeilles (ICI, celles qui ne se tiennent pas bien).
D’emblée, je détortille pour avoir trois gros brins.
Même principe facile.
J’ai intervertis les boucles pour le motif central.
Peignage... Coupe
Par contre, j’aimerais bien rigidifier. Re-cherche sur le net, il existe des produits que je ne veux pas acheter, surtout que, BIEN SÛR, c’est bien évidemment urgenTISSIME puisque c’est pour tout de suite. Donc, petits essais avec les moyens du bord :
    * Powertex que l’on m’a donné. Je trempouille, peigne et laisse sécher.
    * Colle en spray : je vaporise, peigne rapidement et laisse sécher.
    * Colle à bois diluée, je passe au pinceau, peigne, laisse sécher.
Je suis bien obligée d’attendre. Résultats des courses :
    👎 "On" oublie la colle en spray qui reste collante même après 24 H.
    👎 Le powertex : rigidifie trop, c’est dur, inadapté dans ce cas.
   👍 La colle à bois est impec : les brins sont maintenus, restent souples, l’aspect me convient.
Je passe donc à la colle à bois des deux côtés sans trop charger le pinceau, peigne au fur et à mesure et laisse sécher. (environ 70% colle, 30% eau, texture pâte à crêpe)
Je suis VerY TOTalemENT  cONQUisE. J’y reviendrai, c’est archi sûr et certain.
La corde utilisée pour cette dernière plume est vraiment idéale ! Ça tombe bien, parce que j'en ai encore pas mal.
Voili, voilou : au cas où vous n'auriez pas compris, je vais FORCEMENT faire d’autres essais, je ne manquerai pas de vous montrer.

La courgette est de retour...

Chaque année, je DOIS me démener un peu plus que l’année précédente pour vous proposer de nouvelles recettes originales et faciles ! 

Je pensais avoir fait le tour de la courgette, mais j’ai trouvé cette dernière (ultime ?) recette () que je m’empresse de vous faire partager car je lui trouve de nombreux atouts, enfin, au moins 2 !!

💚 Comme pour le brownie choco-courgette (ICI), il y a donc de la courgette incorporée dans le gâteau. Intéressant quand il y a profusion au jardin.


💚Et SURTOUT, une cuisson express au micro-ondes. 
Génial, quand il fait 35° dehors. Pas besoin d’allumer le four traditionnel et c’est rapide à cuire.
Entrons dans le vif du sujet, voici les ingrédients (liste complète et proportions à la fin.)
Vous allez me dire que c’est un peu comme le brownie et vous n’aurez pas tort. Sauf qu’il n’y a pas de chOcOLAt et ça m’arrange bien car ma moitié (autrement dénommé Chéri) n’aime pas le chocolat noir. (incroyable, mais vrai, un tel homme existe, ce n’est pas un extra-terrestre).
J’essaie de limiter le plus possible la vaisselle, donc robot. J’ai commencé par moudre les noix, puis je les ai réservées dans un bol. Pour les autres noix à concasser, le rouleau à pâtisserie.
Ensuite, j’ai râpé les courgettes (sans laver le robot) et les ai ajoutées aux noix. Ensuite j’ai fait blanchir les œufs avec le sucre, puis j’ai ajouté le beurre mou en petits morceaux.
Pour terminer les autres ingrédients (farine, levure, sel, noix en poudre et courgettes). Le rhum, une poupougnette de vanille et l' HE de citron. Les noix concassées en dernier sans trop faire tourner le robot.
J’ai versé la pâte dans un moule à cake garni d’un papier sulfurisé (inutile de beurrer). Cuisson : d'abord 6 mn, mais j’ai ajouté encore 2 mn (four de 850 watts). Le mieux est de faire le test de l’aiguille qui doit ressortir sèche. J’ai attendu environ 5 mn avant de démouler.
Sincèrement, vous voulez mon des avis ? Moelleux à souhait, les pépites de noix concassées donnent un peu de croquant, bref, unanimement apprécié par toutes Z'et tous (pas de nom, je ne suis pas une cafteuse).
A savoir : vous pouvez congeler sans problème.
Voili, voilou : le mieux est encore d’essayer vous-même, je suis bien sûre que vous aimerez. 
Pour vous éviter de chercher, voici les liens des autres recettes courgettes :
📌Becs salés 
   * chips et salade fraîcheur : ici
   * marinées à l'huile : ici
   * en pickles : ici
   * muffins : ici
   * tarte courgettes/tomates : ici
📌Becs sucrés
   * brownie choco/courgettes : ici 
📌Becs aventuriers
   * lacto fermenté : ici
   * marmelade courgettes/raisins : ici 

Pour aiguiser votre curiosité…


Couturière (j’allais écrire émérite… quelle prétention) régulière, j’ai naturellement des ciseaux réservés. Hélas, au fil du temps, ils ne coupent plus forcément parfaitement.
Avant de RACHETER, voici deux petites astuces qui peuvent permettre de les prolonger.
   * Avec une bouteille en verre :
Passer plusieurs fois les lames sur le goulot, comme si vous vouliez le couper.
   * Avec du papier aluminium ménager :
Plier le papier pour avoir une belle épaisseur et couper.
J’ai deux paires, les deux astuces fonctionnent. Très contente du résultat. On verra dans le temps !
J'ai tout de même une petite préférence pour le goulot, plus respectueux pour la planète.
Et HOP dans les trucs et astuces !

Ferronnerie d'art...

Encore de la récup ! Je ne pouvais que chausser mon costume de custo-sauveuse pour éviter la poubelle à cette corbeille. Merci Christine. C’eût été dommage, non ?
Je commence par enlever tout le tressage, mais garde les montants et la bordure vannerie.
Place au nettoyage. J’ai bêtement cru qu’un (bon) trempage et un (petit) grattage suffiraient pour récupérer le fond. Mais que nenni ! Je teste successivement plusieurs trucs plus ou moins efficaces :
     📌Bicarbonate et vinaigre blanc, puis je frotte, frotte et re-frotte, rince… Bof, bof !
    📌Acide citrique, eau chaude et brosse à dents (une vieille, hein !), je brosse, brosse et re-brosse… Un peu mieux, mais loin d’être parfait. J’en profite aussi pour nettoyer les montants et bordure en vannerie. Je laisse sécher au soleil ; pas de soucis, il fait 35° sous la véranda !
   📌Je termine par du ponçage : en 80, puis 120, puis 400. La rouille est enfin partie, mais c’est encore moche !
   📌Reste la bombe miracle.
Va falloir ruser, car je ne voudrais pas que les montants soient peints. Je passe un léger voile dedans dehors. C’est sec en un clin d’œil (véridique) et le résultat me convient.

... WAOUH ...
Ça brille
ATELIER DÉCO
J’ai décidé de recouvrir la bordure de ficelle de coton. Je teste simplement enroulée ou avec un genre de maille serrée.
J’hésite, car je crains de ne pas en avoir assez si je fais du crochet et cela me semble un tantinet rococco-mémère. Comme dans "Qui veut gagner des millions ?", je fais appel à une amie, elle confirme ce que je pensais. En un tournemain, je dé-crochète ce que j’ai laborieusement fait un peu plus tôt.
Reste à combler l’espace entre les montants de vannerie. Je vous passe les différents essais et me décide pour de la chambre à air.
Je l’ouvre, puis la recoupe pour avoir la bonne hauteur. Lavage avant de la glisser dessus, dessous, c’est rapide.

Je termine par une petite dentelle joliment rétro.
Le petit grigri qui va bien : 


Voili, voilou : soit je la garde, soit je l'offre, soit je l'(ABAN)donne... Sa nouvelle vie ne fait que commencer.
blogger