On ne peut pas être au four et au moulin !

A quelques 10 000 km de la métropole, j’avoue que j’ai préféré profiter de ma petite fille Ambre, de la mer et du soleil, plutôt que de me pencher sur mon blog.
Je suis rentrée il y a peu, mais repartie de suite passer un petit moment avec mon autre petite fille Helena à Luxembourg.

Et c'est ainsi que... 

ce qui devait arriver aRRivE ! 

Je suis un peu à la ramasse pour vous proposer un article, ce dont je suis sincèrement désolée. On pourrait dire :  "Tu parles, mon œil !", mais avouer que ça fait bien d’étaler publiquement ses petits états d'âme.

*******************************************
Même si je m’étais promis de ne pas rapporter de paniers de la Réunion, j’ai encore craqué et me voici à en customiser un. (J’ai bien rigolé intérieurement, car il y en avait dans presque tous les coffres à bagages de l’avion).
J’ai recouvert les anses avec des embrasses de rideaux achetées en vide-grenier et complété la longueur avec de la cordelette récupérée sur un autre sac.
Une large bande de dentelle,
Une touche de couleur intense avec ces deux bandes de fleurs (de flamboyants, bien sûr !), récup du dessus de sublimes claquettes. Du ruban, une étiquette et des babioles.
Le tour est joué ! J’ai tout collé au pistolet.
J’ai aussi rapporté des pochettes.
J’en ai gardé une, personnalisée avec un ruban, une bande de pompons, ainsi qu’une étiquette. Usage à déterminer.
J’aurai d’autres objets à vous présenter, lorsque je les aurai mis à mon goût.
*******************************************
Rendez-vous à la CuISiNE maintenant.
Ma belle-fille, originaire de Tahiti nous a préparé des plats pleins de saveurs et du SOLEIL des îles. Merci Leilanie. A la maison, je me suis empressée de copier, histoire de passer en douceur le retour en métropole.
TARTARE de SAUMON
     🐋Saumon cru coupé en petits morceaux, mariné avec du citron environ 45 mn. (pas trop longtemps, sinon, il cuit.) Ajouter un avocat, assaisonner (sel, poivre) Pour dresser, un emporte-pièce et une belle crevette en déco. 
Quelques gouttes de vinaigre balsamique, sauce aux gros piments (ICI) à part. J’avais enlevé pas mal de grains dans les piments, donc pas trop piquante pour les Z’oreilles que nous sommes. Tomates du jardin.
RILLETTES de SAUMON
J’ai cuit le reste du saumon au micro-ondes en papillote. (2 mn à 70%)
Une fois refroidi, j’ai mélangé avec un peu de yaourt nature et de la crème fraîche. J’ai ajouté de l’HE de citron et d’orange, de la VANILLE, un peu de sel. Aneth et ciboulette.
Quelques amandes effilées torréfiées à sec et une lamelle de tomate séchée à l’huile.

A tester, une vraie belle découverte, à déguster en amuse bouche par exemple.

Qui dit Réunion, dit rhum… on est bien d’accord ? Comme les autres fois, carrément un petit cubi.
Le rhum arrangé est préparé : j’y ai mis de la mangue, de la banane, quelques raisins secs, du citron, de la vanille, 2 CS de cassonade par bouteille.
Il faut tout de même attendre 2 ou 3 mois mini avant de déguster. Impec pour la fin de l'année.
Voili, voilou : je vous parlerai de mon petit séjour à Luxembourg un peu plus tard, je sais déjà que certaines de mes copines seront ravies de découvrir cet article.

Dédicacé aux gourmands...


Lors d'un stage de jarre à la corde effectué à l'atelier de poterie "TERRE d'ARGILE", une des céramistes avait apporté un fabuleux sirop de cassis pour agrémenter un tout petit kir. Gentiment, elle avait partagé sa recette très originale, puisqu'il suffit de laisser faire la nature, pas de cuisson.

SIROP de CASSIS

Tout d'abord, le mail qu'elle m'avait envoyé : 
Hello Marie, 
Je prends un bocal de nos grands mères avec le caoutchouc. Je mets les grains de cassis, jusqu'à la moitié et je remplis de sucre l'autre moitié. En plus, je mets un verre d'alcool de fruits. Je ferme et laisse les bocaux au soleil pendant 2 mois, voire 2 mois 1/2, puisque je filtre mi ou fin septembre.
Par contre, il faut agiter les bocaux. La première semaine, ce n'est pas facile car les grains de cassis et le sucre ont du mal à se mélanger (le sucre cristallise). Une fois que le sucre a disparu visuellement, tu peux secouer les bocaux tous les 2 ou 3 jours. (c'est très bon pour avoir les seins toniques)



DU COUP, comme moi aussi, j'ai envie d'avoir les seins toniques, je fais tout comme elle a écrit ! 
Je n'ai qu'un pied de cassis et donc une petite récolte. 




Je suis partie sur 450 g de cassis et autant de sucre. J'additionne du verre d'alcool qui imbibe lentement le sucre.
Effectivement, les premiers jours, il faut secouer énergiquement le temps que le sucre se dissolve correctement. Le temps a passé.
Je viens de filtrer et j'ai un magnifique sirop sublimement parfumé. Je ne suis pas déçue, merci Corinne.
Je n'ai pas eu envie de gerber les cassis qui restent. Un peu durs sous la dent, mais encore bien parfumés et sucrés.
Direction le blender avec 300 ml de lait et un peu de sucre au goût. J'ajoute 2 gouttes d' HE de citron et 2 gouttes d'extrait aromatique de fraises des bois.

Je passe au chinois pour avoir une préparation lisse.
Je sais que vous allez devoir me croire sur parole, mais c'est parfumé, j'ai une belle onctuosité et une jolie couleur de robe, n'est ce pas ?
Nous ne sommes pas de fan de crème glacée, ce sera en version genre yaourt, mais j'imagine volontiers que j'aurais pu en faire de la glace.
Voili, voilou : vivement l'été prochain que je puisse recommencer ! 

Avec les feuilles : 
   * Le délicieux vin apéritif.
60 feuilles lavées et séchées à macérer dans un litre de vin rouge, 200 g de sucre et un petit godet de gin, vodka ou alcool de fruits. Laisser au moins 2 mois. Filtrer, mettre en bouteille et attendre encore -si possible- deux ou trois mois avant de consommer.  Excellent, très parfumé !
   * Séchées pour une infusion maison.

File au (petit) coin !


C’était en 2014… Il y a un peu plus de 5 ans maintenant. Je vous avais proposé ici, un gel nettoyant pour les toilettes. Je trouvais cependant regrettable d’utiliser de l’agar agar pour gélifier la préparation.
         
Du coup, sans vraiment chercher, mais en étant attentive à toute nouvelle "recette", j’ai trouvé une autre formule dont l’épaississant est simplement de la fécule de maïs. Retrouvez ici, la recette dont je me suis inspirée, l'ayant cependant délibérément -légèrement- modifiée.

Liste complète et proportions en fin d'article.
Faire chauffer l'eau, le bicarbonate et la farine de maïs jusqu'à ébullition et donc épaississement.
Laisser tiédir 10 mn, ajouter  le vinaigre (ça mousse beaucoup !)

Terminer par le savon qui permet :
📌d’avoir une petite effervescence à l’usage, PSycHOlOgIQUEmeNT très efficace
... ET ...
📌de ne pas faillir à ma légende de Tata Mousse (dans les commentaires, ici).

(Re)terminer par les HE.

Verser dans un flacon récup. Celui-ci n’est pas idéal, je vais (ENCORE, dirons certaines) pleurer la misère auprès des copines pour avoir un genre canard. J’avais, mais j’ai donné à une copine qu’elle teste ce merveilleux produit.
Vous allez probablement me faire remarquer que c’est étonnant d’avoir un produit rose, alors que le savon de mes ingrédients est vert. Je pourrais essayer de vous entourlouper en vous déclarant que votre écran est mal orienté ou que c’est l’alchimie des ingrédients qui a provoqué cette subtile couleur. En réalité, j’en ai préparé plusieurs fois… et pour la version rose, c‘était du produit à vaisselle.

Avec la fécule, le produit est épais, de texture idéale pour adhérer aux parois des toilettes. Laisser agir quelques instants, brosser si besoin, rincer. Toilettes IMPEC.

Voili, voilou : un gel WC 100% écolo, économique et respectueux de la nature. Que demander de plus ?

Celui-là, je n’ai pas envie qu’on me le cravate…

Je ne vais plus à l’école depuis fort longtemps, mais j’avais envie d’avoir un nouveau sac pour fêter l’événement.
J’avais repéré l’idée d’une base de housse de coussin et c’est fort gentiment que l’irremplaçable Clo. m’a donné celle-ci dont elle ne se servait pas.
Idéale, la fermeture éclair, 
cachée sur l’arrière.
Je plie le coussin de façon à former une poche extérieure qui fait le  tour du sac, elle-même séparée par plusieurs coutures zigzag. Étiquettes récup.
Le principal est fait.
J’avais également repéré l’excellente idée d’une bandoulière en cravate, chez mon amie Eclectic Tics. J’ai encore quelques cravates de Chéri du temps où il était en activité et commercial…
Ce sera celle-ci, en soie.
Je l’installe sur le sac, teste la longueur idéale et recommence plusieurs fois le nœud décoratif, avant de tout coudre à la main.
Petit rappel pour la fermeture à l’arrière.
Je couds les boutons, les étiquettes et fixe les glands en bas. C’est terminé.
Bien évidemment, je n’en ai nul besoin, mais j’ai pris plaisir à le faire.
Voili, voilou : peut-être trouverai-je chineuse preneuse par ici…

Dernier article… du mois

***
Déjà fin août, c’est fou comme le temps passe vite, hein !!
Personnellement, je ne l’ai pas vu filer, c’est preuve que je ne m’ennuie pas et que j’ai tout de même concocté quelques activités.
***

Acheté en ressourcerie une somme folle, vous vous doutez bien, cette corbeille rectangulaire mais dont le rotin fait peine.
Dans un premier temps, j’avais imaginé refaire le fond identiquement pareillement même, mais les brins du fond sont également cassés ou manquants.
C’est l’occasion d’essayer ces bandes (que je ne sais pas exactement en quoi elles sont, mais c’est très solide, avec une belle souplesse à travailler.)
Je repars sur une nouvelle base, ce sera entièrement avec cette lanière.
                             1…2…3… Prête à donner !

Même si je me soigne (notamment pour les coccinelles dont je n’ai vraiment pas abusé cette année), il y a des formes pour lesquelles la guérison sera plus longue. Par exemple, les CŒURS.
Rappelez vous de celui-ci avec un cintre.
Une fois le romarin sec, je l’avais naturellement gardé et j’utilise un morceau de cage à poule pour le recycler une nouvelle fois.
Découper le pourtour à la cisaille, puis avec des pinces retourner les pointes sur la structure de départ. 
Attention, ça pique ! 

Pour lui donner du clinquant, un petit coup de bombe argentée. Là, c'est juste avant...

Pour continuer dans cette catégorie, un panier ovale en rotin, mais dont je ne connais pas l’usage premier. J’ai enlevé les morceaux de tasseaux maintenus en dessous par du gros fil de fer, puis bien lessivé.
J’ai  peint le bas à l’acrylique.
Pour terminer, les babioles indispensables à sa mise en beauté...
   Petit style pseudo champêtre

Direction la véranda, avec le reste du joyeux bazar bucolique.

Un peu plus anciens, mais je ne vous avais pas montré, les plateaux gigogne, je les ai toujours vu chez ma grand mère, pour vous donner une idée de leur âge.
OUPS : suite à un commentaire à lire plus bas, les plateaux n'ont peut être pas une si ancienne vie.
Toujours le même procédé : lessivage, ponçage, scotch de masquage pour protéger, peinture, cire et vernis pour leur donner un nouveau style.
***************
A la cuisine maintenant...
Pour les becs sucrés, de jolies gelées délicatement parfumées.
* à la roses : proportions et procédé à la fin.
* à la verveine : un joli vert léger et rafraîchissant.
Rose ou verveine, l’assurance de proposer une gelée originale, subtile et raffinée (rien que ça… on en prend plein les papilles).

Et j’ai enfin fait une petite mise EN scène pour présenter une simple compote.
Verrine en forme de mini pot de fleur, compote maison parfumée vanille cannelle. Quelques raisins secs réhydratés au rhum.
Émietter des biscuits au chocolat dont le fourrage est enlevé.
Disposer au dernier moment sur la compote. Un petit plumet de menthe pour faire  "comme si… " et HOP…
SUCCÈS ASSURÉ
Voili, voilou : j'ose espérer que cet article n'est pas trop déplaisant ni trop court et qu'il saura vous faire patienter jusqu'au suivant.
blogger