Câlinothérapie…

Faut que je console Isa !
Un croquis vite fait, quelques mesures notées à la hâte, une petite photo pour montrer le genre et hop, vogue la galère, me voici embarquée pour un nouveau meuble en carton.
Je n’ai pas de cartons de la bonne dimension (100 x 90) avec les cannelures dans le bon sens ! Je prépare donc ces grandes plaques : équerrage, "raponce" par collage et kraftage, pour avoir le bon format.
Ensuite vient la découpe : les 4 épaisseurs en même temps, maintenues par du kraft gommé, en utilisant la scie sauteuse. C’est Chéri qui se charge de cette opération délicate. Pendant que les cartons sont encore tenus ensemble, je ponce les bords.
Je replace 3 cartons pour découper l’emplacement des tiroirs. Le profil 4 n’est pas découpé, puisque c’est le fond du meuble. 
Pour la technique je reprends le système de la table de salonChaque "série" de pieds (l’avant et l’arrière) va se faire séparément. Pour garder des bords nets, je krafte tous les côtés de ces 4 profils. Les profils 2 et 3 sont encochés, pour fixer des traverses de la profondeur du meuble (22 cm).
Je dessine sur les profils 1 et 4 la place de ces encoches et des tiroirs. Je commence par le fond (profil 4). Je renforce les pieds par des bandes de carton, cannelures verticales, collées, kraftées.
Je ferme avec le profil 3 et installe les traverses.
Même travail pour les profils 1 et 2 (avant de la console). Puis les traverses sont placées, équerrées, collées, kraftées… Ca prend tournure !
Niches de tiroirs : d’abord les côtés, puis le haut et le bas. Toujours la même procédure. Mesures précises, collage, kraftage.
Dessous du dessus… (sous les tiroirs). J’utilise les chutes de la découpe des profils. Idem pour l'étagère inférieure. Collage et kraftage.
Plateau supérieur : d’anciens calendriers contrecollés avec du carton. Je sors les grands crus pour maintenir le collage…
Je termine par le dessous des pieds et vérifie que ce soit bien de niveau…, car, là, je peux corriger encore, si besoin…
Imperméabilisation totale et complète des différentes pièces : encore le mélange magique d’eau et colle vinylique.
Un gros boulot pour l’enduit, qui plus est,  n’est pas "ma tasse de thé"… Pas évident de rattraper les défauts du carton. J’ai acheté une raclette super large pour me faciliter le travail. 
Enduit : mélange de blanc de Meudon ou enduit de lissage, eau, colle vinylique et huile de lin. Un ponçage fin s’ensuit.
Et… je recommence de l’enduit, car pas vraiment nickel… Et je recommence du ponçage…  Ras le bol. Le résultat n' est pas  parfait, c'est ce qui en fait le cachet, na !!
Je laisse sécher une bonne semaine, pour ne pas avoir de mauvaise surprise par la suite. Le voilà  prêt pour la déco, custo… Il faut commencer par la sous couche, puis peinture pour de vrai. Dessus, tablette et devant des  tiroirs recouverts de tapisserie.
L'intérieur des tiroirs également.
Pas de poignée de tiroirs pour l’instant. Isa verra si elle veut en mettre et choisira ce qu’elle préfère.
Voili, voilou : elle aussi part bientôt. Un gros boulot, suis bien contente d'avoir terminé ! 

2 commentaires:

  1. Très intéressant ce pas à pas. Quelle minutie! Quelle dextérité! Quelles belles finitions!Belle réussite, l'heureuse élue doit être plus que ravie! Moi, j'en reste comme deux ronds de flan ...

    RépondreSupprimer
  2. Quel gros et beau travail ! Comment trouves-tu le temps de faire tout cela ?!

    RépondreSupprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger