Dans le cadre de mes fonctions !

... une petite bonne femme de 1,55 m, voyageant en TGV, un WE pas du tout chargé… genre, au zazar, la Pentecôte ! Eh bé, cette petite grande bonne femme (correction, elle mesure 1,56 m), c’est ma sœur qui a bravé tous les tracas du voyage pour me faire plaisir et m’apporter ce cadre (dimensions 1,20 x 0,70 m ). Merciii !
Elle l'a trouvé au bord d'un trottoir, et vu les gênes familiaux, N'A PAS PU l'y laisser. Les mauvaises langues diront que de toute façon elle ne savait pas quoi en faire et qu’elle n’a pas beaucoup de place chez elle. Moi, je ne crois pas les méchantes langues, je sais que c’est vraiment pour me faire plaisir. Merciii !
Je ne suis pas du genre à compter (quand on aime, on compte pas…), mais j’ai tout de même passé 4 H à poncer, gratter, frotter, nettoyer, laver, lessiver…
Tout ça pour en arriver là !
L’arrière n’est pas épargné par ma folie de ponçage. Le tout à la main bien sûr.
Je peins d’abord les trous, au pinceau. C’est un tout nouveau concept : " l’art de peindre des trous "… Je ne voudrais pas que l’on aperçoive les anciennes couches de peinture dans l'épaisseur du bois. Je barbouille aussi le devant pour faire une base (en fait, j'avais préparé trop de mélange gris pour les trous, paske pour peindre un trou, y'en faut pas beaucoup ! )
Pour la suite, je dégaine les bombes de gris galvanisé brillant et mat. 
Un nuage de brillant partout, puis, une bombe dans chaque main, poupougnettes de mat et brillant, pour un effet que je ne voulais pas uniforme, mais ni complètement brillant, ni complètement mat.
              ... FASTOCHE...
           (Vous me suivez ?)

En fait je voulais faire comme ma plaque, ici, mais après essai sur l’arrière, le rendu galva/noir ne me plaisait pas.

INTERLUDE : pendant que ça sèche…
Si je vous montre ça… est ce que cela vous inspire ?
Bon OK, c’est des boutons, mais pas n’importe lesquels. Ce sont les 66 boutons que je viens de découdre de mon manteau que je veux RE-customiser, mais que ce sera pour plus tard.
J’ai aussi retrouvé un petit miroir carré de 25 cm de côté, sur lequel je colle quelques-uns desdits boutons…
Et tac, voilà, c’est fini.

La peinture du cadre est sèche, j’y retourne pour la présentation.
Même s’il était vide à la base, un cadre, c’est pour encadrer, n'est-il point ? Je vous le présente donc achevé…
Comment ça, vous ne voyez rien dans le cadre ??
Probablement, et c'est l'occasion de réviser vos classiques, le syndrome des "habits neufs de l’empereur"

Vous avez bien compris que, pour cette première phase, je m’arrête là. En attendant la suite, je vous propose de réfléchir sur le concept du cadre vide qui en dit long.


Voili, voilou : il est tout de même mieux là que chez ma sœur dans le caniveau ! 

4 commentaires:

  1. Visite faite pour voir le sublime cadre, très réussi ! Très subtil, je ne suis pas déçue de cet effet très chic ! J'ai eu un peu peur quand les boutons ont été sortis...
    OUFF, elle aurai pu pu me demander mon poids ! lol ! (c'est secret). Cela ne sera pas trop dur de le refaire en poncé naturel...;)

    RépondreSupprimer
  2. Pas mal du tout ... j'aime bien les explications qui vont avec ton travail ... c'est un roman de vacances !!!
    J'attends avec impatience ce qui va meubler le trou !!!

    RépondreSupprimer
  3. Il est sublime ce cadre, sa forme, le détail du bois , très bel objet .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Clarisse,
      Merci de ta visite et ton com. Du coup, je m'aperçois (avec horreur) que cela fait plus d'un an que j'ai relooké ce cadre et qu'il est toujours vide... Et pourtant, je sais ce que je veux faire. Des biz

      Supprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger