A fleur de pot…


Je vais vous conter la véritable histoire (triste et vraie) de la perte de ma petite fleur… 
En musique, c'est

    +++ ++ + ++ +++
Pendant les grandes vacances, nous rapportons à la maison, la terre non utilisée durant l’année de cours de poterie… J'ai bien expliqué que de la terre, j'en avais dans mon jardin, mais, tout compte fait, j’ai suivi les copines et j’ai donc rapporté ma terre à la maison.

            +++ ++ + ++ +++
Et puis, hier après midi, j’ai eu envie de "patasser" un peu… et de faire une espèce de sorte de genre de coupelle sur pieds.
J’ai commencé par faire une plaque avec mon rouleau à pâtisserie. J’ai coupé tout autour d'un patron préparé un peu plus tôt, avec un bol et de jolis pétales...
+++ ++ + ++ +++
Pour avoir LA courbe idéale, j’ai fait un petit montage : vieille ampoule sur un pot, exactement ce qu’il me fallait.

Je prépare aussi les pieds que je fixe, avec de la barbotine (mélange épais de terre et d’eau qui sert de colle). Voilà où nous en sommes…
La nuit est passée et, ce matin, j’ai voulu vérifier la "planitude" de ma coupelle… Et hop ! UN, un pied cassé… Il va falloir que je bidouille, car je n’ai absolument plus de terre. (à part du terreau, dans un sac, mais je doute fort que cela convienne, hi, hi !).
A l’atelier, j’ai parfois vu Corinne sauver des pièces en recollant avec de la barbotine (ça, j’en ai encore un peu) et du vinaigre blanc… Si Corinne y arrive… (pas du tout prétentieuse, la fille, voyez vous), je tente ! 
                                     +++ ++ + ++ +++
Deux heures plus tard, je re-lisse un peu le dessous et, ce faisant, bêtement, mais alors très bêtement, j’appuie sur la coupe… Je vous le donne en 1000 : le pied fraîchement recollé, je ne vous en parle même pas et les pétales, on se croirait dans une prairie après un ouragan ! 
Aussi jolie d'un côté que de l'autre. Bravo, c'est top réussi !
Je n’ai toujours absolument plus de terre et là, trop de choses à réparer. C’est donc direction poubelle.
Je ne sais plus qui a dit...
"Memento homo quia es in pulverem reverteris"
                                                 ... mais il avait bien raison ! 
(souviens toi, homme, que tu es né et que tu redeviendras poussière)

Voili, voilou : je me console en me disant que la prochaine sera encore plus belle… On en reparlera. 

4 commentaires:

  1. Alors là, DESESPOIR !! éh oui, moi j'ai eu une photo en avant-première et je m'y voyais déjà avec cette très belle coupelle ! (certes "on" m'a spécifiée qu'elle ne serait pas pour moi) mais c'est vraiment désolant !! Relève la tête et rapatasse -conseil de fratrie- c'est pas un ordre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello coucou,
      Bien sûr je vais repatasser et, promis, je ferai tout un champ de fleu-fleurs... Y'en aura bien une pour toi ! Biz

      Supprimer
  2. Quelle désolation pour tant d'heures de travail ! Tout ce temps passé à la maison, à côté du Chéri ! Courage pour la prochaine oeuvre !

    RépondreSupprimer
  3. Ô rage, Ô désespoir c'était pourtant bien parti.
    Idée de départ originale sur l'ampoule ... il te faut déposer un brevet . En te connaissant je pense que tu ne renonceras pas et que cette coupe fleur verra le jour d'ici peu.

    RépondreSupprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger