Du lait de toutes les couleurs !

Je vous emmène en voyage... Loin, très loin... pour découvrir le "dulce de leche", plus connu chez nous sous le nom de confiture de lait.
Je suis sûre que tout le monde a reconnu... 
Mais, au cas où, c'est l' Argentine.

Voici la simplissime et incontournable recette de cette confiture : il suffit de laisser poupougner une boîte de lait condensé sucré, recouverte d’eau froide, 50 mn à la cocotte minute. On obtient ça : 
Economie d’énergie oblige, cela me paraît judicieux d’en préparer plusieurs et de ne les ouvrir qu’une par une, puisqu’elles se gardent jusqu’à un an avant ouverture… Après, à garder au frais et à consommer dans les 3 semaines…
La recette est très facile, mais ne permet pas de variante, à par de laisser cuire plus ou moins longtemps pour un résultat plus ou moins foncé et caramélisé.
Donc, il faut ruser : 
Il suffit de faire ses mélanges avant cuisson, puis de cuire les pots comme pour la stérilisation…
Je tente :
Version 1 : lait condensé, vanille et une pointe de sel… On se rapproche du salidou
Version 2 : Carambar fondus dans  du lait et du lait condensé, vanille, le tout à feu doux, en remuant régulièrement. (pour une boîte de lait, j‘ai mis 7 Carambar et 3 CS de lait). Une fois les Carambar fondus, ajouter le reste de condensé et verser dans les pots.
J’ai laissé 1 H 15 dans ma cocotte à partir du frémissement, puis refroidissement complet.
J’ouvre un pot au Carambar et là, grosse déception, la préparation est très grumeleuse, et ça, c’est vraiment pas terrible… Je repasse tout à travers une passoire fine et en profite pour ajouter quelques gouttes d’arôme chocolat blanc. Le goût est bon, la consistance est assez épaisse.
Je referme le pot –ni vu, ni connu- en enflammant 2 CC d’alcool, pour créer un vide d’air et stériliser à froid.
Je n’ouvre pas la version "salidou", que j’avais déjà testée… La couleur est cependant plus soutenue que ce que j’avais déjà obtenu.
Conclusion : J'ai trop laissé cuire, mes essais précédents étaient moins foncés (donc, moins caramélisés), moins épais (donc, plus facile à tartiner) et plus lisses (pas de grumeaux) !
Je recommencerai en laissant 50 mn dans la cocotte, comme préconisé d’ailleurs… et en testant d’autres mélanges, au lait de coco par exemple. Je vous dirai.
Et je consomme avec quoi ?
Hormis sur les tartines, ne pas hésiter à parfumer un riz au lait ou un yaourt, à tester avec les crêpes, en garniture de mini choux, allonger avec du lait en coulis pour de la glace, sur des pommes au four, une tarte...
BREF, plein de trucs trop trop bons…
Enfin, si cela vous tente d'aller plus vite, testez donc avec le micro ondes, c'est ...
Et une recette trouvée ici et testée : truffes à la confiture de lait 
Fastoche et comme c'est bientôt Pâques...
J'utilise ma version Carambar (environ 140 g) et n'ajoute pas d’œuf, pour pouvoir les conserver quelques jours. Tout est passé au robot, courage oblige (mdr), puis une heure au frais pour raffermir le mélange, avant de rouler (25 pièces).
J'en roule une partie dans de la noix de coco légèrement torréfiée, le reste, enrobage au chocolat noir.
Bouchées très moelleuses sous le croquant du chocolat. Cependant, on ne sent plus du tout le côté caramel des Carambar.

Voili, voilou : petit test de gourmandise réussi.

3 commentaires:

  1. J'avais entendu parler de cette confiture, maintenant me voilà renseignée sur le comment faire et utiliser et en prime toutes ces bouchées qui donnent envie d'y croquer sans modération mais je me pose une question existentielle : as-tu assez de place dans tes placards pour entreposer toutes tes fabrications ? Bon passe-temps en compagnie de tes casseroles. Bises. MJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais quoi, de son garage ? La voiture couche dehors ! L'an passé, il y avait déjà pas mal d'étagères sur les murs !!! Je n'ose pas penser à décembre 2014 !!!

      Supprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger