Rendez vous chez ma cousine…

Voilà de quoi vous rafraîchir un peu la mémoire… 

Après le choix du thème pour l'expo poterie 2014, je me suis vite décidée pour le personnage de Bécassine : je me souviens encore avoir lu ses histoires dans "la semaine de Suzette" de Mamée, ma grand-mère maternelle. 

Si le coeur vous en dit, vous pouvez accompagner cette lecture en écoutant ça... mais, c'est vraiment pas obligé...

J’ai fureté sur le net afin de trouver un modèle et j’ai flashé de suite sur cette statuette en résine de Leblon Delienne, sans forcément réfléchir sur MES capacités à la réaliser ! Le clin d’œil à Marylin est juste fabuleux !!

Je me lance… 
De quoi effrayer Joseph Pinchon, le père (illustrateur) de Bécassine, je patouille, pétris, malaxe, modèle, façonne la terre sans relâche, oubliant presque de papoter avec mes collègues de poterie (ça leur a fait des vacances, mais c’est dire !!)
Guidée par les conseils (mais pas que, elle a mis la main à la pâte !) de Corinne et après de longues séances plus ou moins laborieuses puis séchage, elle est prête à passer au four pour la première cuisson…
Et là, PATATRAS, je la pose sur la table et elle bascule en avant, se rompant le cou à plusieurs endroits. Verdict : fractures multiples. Nous sommes déjà fin mars (exposition fin mai) et je dois m’absenter plusieurs semaines. Un instant, je songe à gerber les  restes de cette idiote de bécasse, sans autre forme de procès !
Corinne va passer des heures à la panser, la poupougner, lui prodigant des soins minutieux… (Il y eût peut être quelques jurons bretons, histoire de ponctuer cette longue convalescence, ce que j'aurais bien compris d'ailleurs !)

Toujours est il, qu’au retour de mes voyages (je vous en ai un peu parlé et ), et après première cuisson, il n’y a plus que 2 morceaux… Tout est encore jouable… (Nous sommes le 12 mai)
Je passe 2 séances à peindre. Malgré mes précautions et mes incantations, une main et le parapluie se "détachent" encore… Le désespoir est proche. (19 mai… l’expo c’est le WE prochain !) 
Corinne, cette merveilleuse et irremplaçable Corinne (il faut le dire, c’est la vérité vraie) me promet d’essayer de recoller les différents morceaux après cette ultime cuisson.
J’arrive pour la mise en place de l’expo. Que vais-je découvrir ? Le suspens est intense, une sorte de boule d’inquiétude me ronge. Corinne, l'abominable Corinne (il faut le dire, c’est la vérité vraie) me prévient qu’elle n’a pas pu réparer, il y a eu de nouvelles cassures !

L’œil en berne, le pas traînant, je vais faire un dernier adieu à Bécassine. Et là, bonheur, je la découvre, pimpante et fraîche, fièrement dressée sur ses deux jambes, l'oeil quasi presque intelligent !
Corinne, cette coquine de Corinne (il faut le dire, c’est la vérité vraie) arrive un grand sourire aux lèvres, très contente de sa plaisanterie. Effusions et tout et tout !
Allez je vous la présente (Naaan, pas Corinne, elle est un peu timide). Hauteur environ 30 cm.


Voili, voilou : une épopée, riche en rebondissements, mais comme dans les contes, tout est bien qui finit bien !

7 commentaires:

  1. L'histoire de sa réalisation est en effet pleines d'émotions et de rebondissements ! Et le résultat est superbe ! Bravo ! je ne doutais pas que tu puisses faire encore un bel objet mais là cela me donne l'idée d'une commande, (naaan pas une Bécassine...), si tu as besoin d'une idée...

    RépondreSupprimer
  2. Mon oeil que c'est ta cousine !

    RépondreSupprimer
  3. Malgré toutes ses blessures cette Bécassine est superbe et toute pimpante. C'est une belle réussite! A quand le Bécasseau ?

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup ta réalisation, tu as bien fait de me donner le lien de cette page.
    Je suis un peu débordée, mais je vais me faire le plaisir de parcourir tes pages, je trouve l'ensemble très bien présenté ;-)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello bonjour,
      Merci pour ton commentaire. Les compliments font toujours plaisir.
      A bientôt.
      Marie

      Supprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger