Made in récup !

💗😊
Dans un bel esprit de copinage, Clo. m’a proposé de participer à un stage (3H) au musée d’art et d’industrie (Saint Etienne)
😊💗
Bonne idée, merci !!
💗😊
Intitulé "Made in récup" ou l’art de sublimer (carrément !) d’anciennes bâches publicitaires d’événementiels. A noter, la participation financière très raisonnable (11,40 €), matériau et outils fournis.
🚗😊
Dans un tout aussi bel esprit de co-voiturage, c’est Blandine qui nous chariota jusqu’au musée. 10 H pétantes, Cindy (l’animatrice) nous récupère dans le hall où nous batifolions dans la boutique. Une autre dame  nous rejoint, Maryse.
🔄⏩😏
Après un petit dédale (une descente d’escalier et 2 virages) qui, pour une blonde pourrait être comparé à un labyrinthe (mais, heureusement, pas de blonde parmi nous), nous arrivons dans la salle.

Nous allons réaliser un sac/cabas sans couture, entièrement récup. Chacune passe un petit moment à regarder les bâches disponibles, avant de faire son choix.
Nous faisons toutes le même modèle, mais il peut évidemment être adapté à d'autres dimensions. De toute façon, chacune réalise une pièce unique, ne serait-ce que par le choix de la bâche !
Le plus long : tracer toutes les lignes de coupes. Et surtout partir avec un rectangle parfait (équerrage indispensable). 
Un grand rectangle de 86 x35 constitue le corps du sac.
Une bande plus ou moins longue pour l’épaisseur et la bandoulière.
Sur le grand rectangle, nous traçons une ligne à 1 cm des bords sur les longueurs. Régulièrement, nous effectuons des marquages aux endroits qu’il va falloir couper.
Voici une partie des tracés de ma voisine, car l'envers de ma bâche étant noir, on ne voit pas grand chose !!
☕🍪L’air de rien, le temps passe plutôt vite. Nous prenons une (petite) pause café et retournons à notre ouvrage.
Pour la bandoulière, là encore au choix : du ton sur ton, ou une couleur qui tranche. Il peut parfois en nécessiter une belle longueur selon la façon de porter le sac ensuite.
Nous avons toutes opté pour la même longueur, tout de même 106 cm, à prévoir d’une seule pièce. (5 cm de large) Là encore, équerre et précision pour un beau rendu.
Nouveau marquage sur une ligne à 1 cm des bords sur les 4 côtés. Une entaille de 1 cm, sur les parties qui correspondent aux côté du sac.
Pour la partie bandoulière, la bâche est coupée à 3 cm de large.
Montage : commencer par le fond. On travaille endroit contre endroit. Rabattre les ailettes de chaque coupe en "T" du corps du sac et  glisser dans une entaille.
L’utilisation d’une petite pince facilite grandement le travail. Plus facile aussi, de monter les deux côté de la bandoulière en même temps.
Pour un fond bien net, réaliser le même principe… et enlever le surplus des angles, sur la longue bande.
Pour le rabat, tout est possible : arrondi, décalé, découpé aux ciseaux cranteurs.
Voilà, c’est fini… Il nous aura fallu 3 heures (bon, OK, on n'a pas forcément beaucoup transpiré de stress ou de pression), pour arriver à finir le sac en lui-même.  
Avant de retourner, je vous montre l’envers, que PERSO, je trouve très sympa aussi et tout à fait portable de cette façon !
Je retourne et ajuste les coins. Place à la personnalisation, s'il en est besoin ! Au pistolet à colle chaude : galons collés sur le devant et tout le long de la bandoulière, 
étiquette récup,
scratch pour maintenir le sac fermé,  et (c’est mon côté fifille), cette babiole qui provient de je ne sais plus où, mais que j’avais donc bien fait de garder !
Merci à Cindy pour ses explications et ses conseils.
Pour  préserver les droits d’auteure de cette création, je n’ai volontairement donné que peu de détails sur les mesures. Cependant, je suis sûre que vous saurez trouver le principe de ces coutures  sans fil, ni aiguille.

Voici celui de Clo.


Voili, voilou : nous étions bien fière au sortir du musée...

SYMPA, hein !!

8 commentaires:

  1. Sympa en effet ! Une corde de plus a ton arc !!!! BRAVO MARIE!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou à toi,
      Merci de ton com. J'imagine bien aussi d'en réaliser dans une feutrine épaisse.A noter dans la liste "à faire", hi, hi, hi.

      Supprimer
  2. Très original et beaucoup de doigté quand m^me !Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce com. En somme pas très difficile, mais il faut être précis dans les tracés et découpes. Totalement indispensable dans une démarche de récup. utile ! A bientôt.

      Supprimer
  3. Coucou Marie,
    Oui, là je pense qu'il ne faut pas se louper dans les découpes !!!! J'aime beaucoup le blanc.
    Cela me fait penser aux sacs fabriqués par ici avec de la récupe de vielles voiles de bateaux.
    Mille bizzzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,
      Le blanc,c'est celui de ma copine... Ce qui est intéressant dans sa fabrication, c'est le système de languettes pour maintenir les morceaux...
      Tout un tas plein de bises à toi.

      Supprimer
  4. Super top' la sortie avec cette activité très attrayante ! T'as de la chance ! Bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai bien aimé l'activité et aussi le fait de recycler de la matière. Des biz

      Supprimer

Laisser votre commentaire ici...

blogger